Alors mon frère ( à lire au 2° degré, bien sûr, et avec modération).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alors mon frère ( à lire au 2° degré, bien sûr, et avec modération).

Message  Paul le Sam 19 Déc - 11:09

Alors mon frère, tu la loues , ta maison ?

_ Ecoute, elle était vraiment bien, cette maison. Tu as vu le jardin ? Le lac juste en contrebas, les baies vitrées…C’était l’idéal ! C’est encore l’idéal si tu veux bien changer d’avis, Jean.
_ Tu as peut-être raison, mais les autres ne nous le pardonneront pas.
_ On n’a pas besoin de leur dire, enfin !
_ Mais s’ils l’apprennent ! si quelqu’un passe et discute avec des voisins…on ne sait jamais…
_ Tu es paranoïaque, chéri. Je n’ai pas compris tout de suite pourquoi tu ne partageais pas mon enthousiasme tout à l’heure, en visitant la maison. En plus, ils nous laissaient les vélos. Et la véranda ? le portique, la balançoire. France aurait passé une semaine de rêve, et ta mère aurait été enchantée. Tous les quatre…
_ Mais ce n’est pas de ma faute, à la fin ! Tu aurais pu t’en rendre compte en réservant. Tu lui as téléphoné deux fois et tu n’as rien remarqué. C’est un comble !
_ Il n’y avait rien à remarquer, je t’assure .Tu es injuste. Tu as pu le constater tout à l’heure. Et puis tu aurais pu t’en occuper toi-même, puisque tu es si exigeant, ou si méfiant, plutôt.
_ Ah, non…
_ Mais nous voilà dans deux chambres minables, sans vue sur le lac, et pour un prix exorbitant. On ne peut pas cuisiner , ici ; on va se ruiner en restaurants.
_ Nous mangerons des sandwiches.
_ Impossible. France et ta mère ont besoin de manger chaud et équilibré.
_ Tu te rends compte ! si nous n’étions pas passés un peu plus tôt que prévu pour repérer la maison et visiter…et si nous avions payé tout de suite, comme tu le leur proposais !
_ Justement, Jean. Nous sommes, ou plutôt, tu es malhonnête. Ces gens doivent nous attendre. Il n’est pas encore midi. Allons-y.
_ Tu plaisantes ? Malhonnête avec des gens comme ça ! Et puis, nous n’avions rien signé.
_ Justement ! Ils ont cru en notre parole. Ils auraient pu nous faire payer tout à l’heure.
_ Je te le répète : nous n’avons rien signé, et notre parole, avec des gens comme ça…
_ Mais lui, il…
_ Peut-être, mais nous ne leur devons rien.
Jean et sa femme se disputaient en défaisant leurs bagages. Elle choisit bientôt de se taire et se consacra au rangement de leurs affaires dans l’étroit placard de leur chambre. Quatre porte manteaux en fil de fer, une salle de bains exigüe : quel luxe ! Et puis elle aurait sa belle mère sur le dos toute la semaine. Intérieurement, elle bouillonnait.
_ Jean, pendant les vacances au moins, tu pourrais oublier la politique.
_ Il ne s’agit pas de politique, mais de nous, de notre image, de nos relations. Nous serions grillés. Tu sais bien comment on défait une réputation en quelques jours, même sur des ragots.
Pendant ce temps, dans la maison près du lac.
_ C’est vrai, Malika, ils ont l’air sympathique. Elle semble vraiment apprécier la maison. Mais lui, il n’a pas desserré les dents. Bizarre. Midi et demie…bizarre aussi.
_ Oh, Paul, tu t’inquiètes pour rien. Il s vont arriver. Il devait être fatigué. Plus de six heures de route d’une traite. Mais quel drôle d’accent ! J’ai été surprise au premier coup de fil et je ne m’y fais toujours pas. C’est très proche de l’Allemand, non ?
A l’hôtel.
_ C’est vrai, elle n’a aucun accent, je l’admets. Et puis même physiquement , elle est simplement méditerranéenne. Elle passerait facilement pour une Espagnole ou une Italienne, plutôt jolie.
_ Alors retournons-y, il est sans doute encore temps.
_ Ah non, tu n’y penses pas ! Pas chez une arabe ! Qu’est-ce qu’ils en penseraient au Lobe Frontal !
Heureusement qu’il nous l’a présentée par son prénom !
avatar
Paul
Membre Actif de l'Opale

Messages : 532
Date d'inscription : 27/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum